Info Chitosanes
Photos Aber Tech
Photos Aber Tech
Photos Aber Tech
Le Métier
Photos Aber Tech
Info Chitosanes
Historique - Aepich
Historique - ABER T
 
Info Aber Tech

Grossiste transformateur, chercheur et développeur des chitines et des chitosanes depuis 88, nous n’intervenons que rarement dans les débats et forums sur le sujet des chitosanes et leurs dérivés, laissant les scientifiques, les revendeurs fournir l’information.
Néanmoins, et devant l’avalanche récurrente de contre-vérités qui se lisent sur la toile internet, Nous nous permettons aujourd’hui apporter un certain nombre de précisions sur l’activité du chitosane ou des chitosanes dans le domaine diététique.
L’action anticholesterolémiante du chitosan a été démontré, sans le moindre doute dans les années 80 par des équipes japonaises puis confirmées par la suite par de nombreuses équipes de recherche à travers le monde et les travaux menés depuis n’ont jamais démentis cette activité.
Ceci posé, on peut lire encore parfois, qu’il est hasardeux de croire à l’activité des chitosanes, que des tests cliniques ne semblent pas probant et que dans le doute, il vaut mieux nier les effets du produit.
Alors, quelques précisions pour savoir de quoi on parle. Nous ne reviendrons pas sur ce que sont les chitosanes, d’autres publications les décrivent de long en large, mais souhaitons apporter quelques lumières.

Tout d’abord, comment reconnaître aisément la qualité des chitosanes?
Pour ce faire, les moyens du bord, à la portée de tous :

Remplir un verre d’eau tiède, y verser de 200 à 400 mg de chitosane soit l’équivalent d’une gélule. Bien noyer le produit à la cuillère. Prendre deux cuillères à café de vinaigre d’alcool et remuer jusqu'à obtenir une solution visqueuse.
Ensuite observer.
Pour un chitosane pur, c'est-à-dire non mélangé à une charge pour en descendre le coût, la solution doit être transparente limpide, totalement dissoute, sans impuretés et avoir la viscosité d’un miel liquide dilué deux fois.

Cette première étape devrait éliminer un bon nombre de produits coupés ou de chitosanes mals dé-acétylés ou encore totalement hydrolysés, et nos apprentis pharmaciens-chimistes comprendront !

Ensuite, et beaucoup font hurler, aprés avoir éliminé les mauvaises graines, comment utiliser les chitosanes aux mieux de leurs efficacités?

L’activité des chitosanes en diététique est optimale pour une prise anticipant de 30 mn l’absorption d’aliment. Les chitosanes ne peuvent récupérer dans les meilleurs conditions que 9 fois leur volume (et pas leur poids) en lipides et particulièrement en acides gras, le complexe chito-lipidique formé (acides gras + chitosanes), celui-ci peut ralentir par équilibre de phase, l’absorption d’autres types de lipides, triglycérides, phospholipides par exemples.
Dans le cas de chitosanes dopés en noir de carbone (brevet Kinosphérine) l’absorption peut atteindre 21 fois le volume.
Quoiqu’il en soit l’absorption d’une gélule de chitosane, permet tout juste de compenser la prise d’une noix de beurre sur une tartine de pain. Ainsi si le régime alimentaire persiste à être gras, l’effet du chitosane ne sera pas détectable.
En cas de volonté vrai de traitement, il est nécessaire de l’accompagner par un régime alimentaire équilibré et bien entendu, d’un minimum d’activité. He oui, le sport !

Autres contre-vérités rencontrées sur la toile.
Le chitosane est un polymère de poly-glucosamine, à ce titre comme tous les polysaccharides beta 1-4 (exemple : la cellulose), il n’est pas ou peu hydrolysé par l’organisme, n’est pas absorbé et est rejeté dans les sels. S’il absorbe les lipides (ou des métaux lourds, dans les cas de soins détoxifiants de personnes à prothèses métalliques, dentaires, hanches, etc.), il en limite l’absorption ou la réabsorption dans le tube digestif et ces produits sont rejetés sous forme de chélates.
Cet aspect a été controversé, en raison de la difficulté à doser les chitosanes dans les sels. On le comprend d’autant mieux qu’il est particulièrement difficile de doser des chitosanes dans des milieux complexes. Pas de séparations possibles des produits, pas de techniques chromatographiques faciles, impossibilité de faire des RMN sur les bandes amines en milieux protéiques, IR irréaliste etc. Mais de là à conclure que les chitosanes disparaissent des sels parce que l’on ne peut les doser, c’est très loin de la démarche scientifique usuelle. Donc méfiance ! quand une publication relate la rumeur dans l’ignorance.

Sur ce, quelques conseils : Apres s'être assuré qu'il s'agisse de chitosane pur et pas de mélanges à la guar, à la gélatine ou même au Nopal, c'est à dire à la cellulose.
Tout d’abord, il est préférable de débarrasser les poudres de chitosane de leur emballage pharmaco, c’est-à-dire de leurs gélules de gélatine ou de méthyl cellulose, pas vraiment nécessaire. La poudre ainsi libérée, dispersée dans un verre d’eau, ou rependue sur un bout de pain (de loin la meilleure forme de traitement) sera bien plus active et on évitera des interactions chitosane-gélatine. Il est d’ailleurs possible de trouver sur le marché des poudres de chitosanes sans gélules.
Les quantités à prendre ne doivent pas excéder les cinq à six grammes par jour.
La prise doit précéder les repas d’au moins une demi-heure, le temps d’une dissolution des chitosanes par les acides biliaires et du nappage des membranes.
La prise de chitosane ne doit pas excéder une quinzaine de jours. Pour les personnes à fort régime alimentaire, ça ne servirait à rien, pour ceux ayant un régime équilibré l’effet serait atteint. Reprendre un traitement une semaine plus tard est toujours possible, évitant ainsi un dérèglement pondéral brutal.

Voila ! Que dire d’autre ? Que la nature nous a gâtés d’une molécule particulièrement intéressante et généreuse. Qu’on lui découvre encore et encore, tout un ensemble de bienfaits qui vont de la cicatrisation à la régénération cellulaire, aux traitements de l'arthrose, qu’on soupçonne les chitosanes de réguler beaucoup d’autres fonctions biochimiques, qu’ils limiteraient des dégénérescences tissulaires etc, etc.
Alors attention aux ignorants en mal de marchés faciles ou au administratifs craintifs cachés derrière des bureaux toujours prêt a interdire, à nier, et à se servir de leur plumes pour faire croire que la terre est plate et accroître ainsi leur crédibilité.
Le chitosane sans être et de loin une panacée, est un produit naturel, particulièrement efficace dans ses domaines d’applications. Il est sans danger, biodégradable et sa fabrication génère sur la planète tout un ensemble de métier, qui vont de la pêche en Indes aux biotechnologies en France. Il nous reste à espérer pouvoir trouver encore d’autres molécules aussi attractives en parfaite adéquation avec une industrie humaine et soucieuse de l'environnement.

Aber Tech

Aber Tech
01/06/96